Version imprimable du  programme de la semaine du cinéma 2016 ICI!

 

 

 

Jeudi 10/11 à 20h30

Samedi 12/11 à 17h30

 

 

 

 

Thomas Sankara devient président de la Haute-Volta à la faveur d'un coup d'Etat le 4 août 1983. Une année après, il marque définitivement l'histoire et l'identité de son pays en le rebaptisant "Burkina Faso",  littéralement la "Terre des Hommes intègres".

Bien au-delà des frontières de son pays, il a représenté un immense espoir pour une grande partie de la jeunesse africaine

Aujourd'hui, à travers un montage d'archives rares méticuleusement rassemblées conférant à son documentaire l'énergie d'une manifeste punk, entre idéalisme et ironie,  le réalisateur Christophe Cupelin offre une vision complète de l'héritage intellectuel et politique de Thomas Sankara. Il restitue fidèlement l'atypisme de ce chef d'Etat, percutant dans son action comme ses propos.

Vingt-sept ans après sa disparition tragique et officiellement non élucidée, ce film donne enfin à voir et à entendre la parole de Thomas Sankara, l'un des plus importants leaders africains du 20ème siècle.

Documentaire de Christophe Cupelin (Suisse, 2014), 1h30

 

Pour en savoir plus http://www.capitainethomassankara.net 

 

 

Vendredi 11/11 à 18h00

Dimanche 13/11 à 15h30

 

 

 

 

A la mort de sa mère, Ephraïm, un garçon éthiopien de 9 ans, toujours accompagné de sa brebis Chuni, est confié à des parents éloignés par son père, contraint de chercher du travail en ville. L'enfant s'adapte mal à sa nouvelle vie. D'autant qu'un jour son oncle lui annonce qu'il devra sacrifier sa brebis pour le prochain repas de fête. Très inquiet, Ephraïm décide alors d'élaborer un stratagème pour sauver sa chère brebis et retourner chez lui. 

Film de Yared Zeleke (Ethiopie, 2015), 1h34

Tout Public

Extrait ICI!

 

 

 

Dimanche 13/11 à 17h30

 

 

 

 

 

Dans l'obscurité totale, deux cents musiciens jouent la neuvième symphonie de Beethoven "L'hymne à la joie". La  panne de courant qui  intervient quelques mesures avant l'achèvement du dernier mouvement est le dernier des soucis du seul orchestre symphonique du Congo…en quinze ans d'existence, la formation a survécu à deux coups d'Etat et une guerre civile. Heureusement, il y a la passion pour la musique et l'espoir d'un avenir meilleur.

Film de Martin Baer et Claus Wischmann (Allemagne, 2014), 1h24

Bande annonce ICI!

Les fichiers qui suivent sont destinés à faciliter la préparation des élèves avant la projection puis à cerner quelques pistes pour aller plus loin après la projection.

Pour le film "A peine j'ouvre les yeux", le dossier pédagogique en français est ICI.

Pour le film "A peine j'ouvre les yeux", le dossier pédagogique en anglais est ICI.

Pour le film "A peine j'ouvre les yeux", le dossier pédagogique en allemand est ICI.

Pour le film "Yaaba", le dossier pédgogique est LA.

 

 

Samedi 12/11 à 20h30

en présence de Claude LETERRIER, co-auteur

 

 

 

 

"Farafin ko" raconte l'histoire d'une famille citadine du Burkina Faso, la famille Sissoko de Bobo Dioulasso, tiraillée entre une façon de vivre à l'occidentale, dite moderne, et une façon de vivre traditionnelle, la "manière de faire africaine" : le farafin ko.

Le farafin ko est-il vraiment en phase avec l'époque et les impératifs de développement ? Le modèle "à l'occidentale" est-il en phase avec la culture et l'identité africaine ? Où se situent ces barrières qui depuis les indépendances ont privé ce continent si riche d'un réel développement ? Quelle société pour l'Afrique de demain ?

Documentaire de Vincent Schmitt (Burkina Faso, 2014), 1h32

Extraits et plus d'infos ICI

 

 

Vendredi 11/11 à 20h30

Dimanche 13/11à 20h30

 

 

 

 

A Tunis, quelques mois avant la révolution, Farah, une fille de 18 ans de la jeunesse tunisienne branchée, croque la vie à pleine dents, boit de l'alcool et fait la fête avec ses amis. Elle chante dans un groupe arabo-rock qui ne renonce pas à diffuser des messages politiques dans ses morceaux et où Brohrène, son amoureux, joue du oud. Hayet, la mère de Farah, qui a elle-même enterré sa jeunesse contestataire, n'adhère pas à ses écarts de conduite, s'inquiète pour elle et préfèrerait voir sa fille, très bonne élève de lycée, embrasser une carrière de médecin. La musique du groupe enthousiasme et fait danser les plus jeunes dans les bars, mais déplait aux hommes les plus conservateurs et aux services de surveillance des citoyens.  

Film de Leyla Bouzid (Tunisie-France, 2015), 1h42

Extrait à voir ICI!

 

 

 

Dimanche 13/11 à 15 h30 

 

 

 

 

Le quartier Niayes Thiokeer ("la colline aux perdrix", en wolof), aux petites heures du matin. Des coups de feu éclatent. Devant les voisins accourus, Naago sort en chancelant de la chambre de Mati et s'effondre criblé de balles. Celle que tout le monde appelle Madame Brouette s'accuse d'avoir assassiné son mari.

 Pourtant, dans le quartier, toutes les femmes s'accordent pour chanter les louanges de cette jeune femme divorcée, mère d'une petite fille et vendeuse ambulante de fruits et légumes. Qu'est-ce qui a pu provoquer un tel geste?

Film de Moussa Sene Absa (Sénégal-France, 2002), 1h40

Bande annonce ICI!

1 film…….....…6 euros

Carte 2 films…11 euros

Carte 4 films…20 euros

Groupe scolaire .....2,50 euros par élève

 

A noter qu'aucune carte n'est nominative