Petit changement dans le programme, la séance de dimanche soir est modifiée :

La caméra de bois (voir ci-dessous) remplace Touki Bouki et Mille soleils

 

 

Version imprimable du programme

    

    AFRICAINE

 

Lors d'une visite à ses parents installés depuis peu en Afrique, Géraldine, 27 ans, doit replonger dans son enfance et affronter de vieilles rivalités avec sa soeur aînée, Alice, qui la martyrisait quand elle était petite. Au Sénégal, elle découvre l'âme africaine, la magie, les croyances et les coutumes et, peu à peu, s'en sert pour renverser sa situation de cadette et prendre l'ascendant sur Alice.

Prix du public au Festival International du Film Panafricain de Cannes 2014


Film de Stéphanie Girerd (France, 2014) 1h37

 

 

Jeudi 13/11 à 20h30


Samedi 15/11 à 15h00

Présence de la réalisatrice à la séance du jeudi soir

 Un homme, Sotigui, promet à un vieux compagnon de sauver sa petite-fille Dokamisa atteinte d'une maladie mortelle. Sa mémoire ne retient rien d'essentiel, s'encombre de souvenirs qui ne sont pas les siens.

Pour sauver Dokamisa, Sotigui connait un remède : l'aider à retrouver ses racines. Il entreprend avec elle un voyage dans l'espace et dans le temps… de l'empire mandingue du 13° siècle à la prison de Mandela aujourd'hui.

Dans une Afrique magnifique Sotigui initie Dokamisa à la sagesse universelle développée par ses ancêtres et niée par ceux qui l'ont conquise. Sotigui, avec humour et détermination vient à bout des obstacles, des résistances, des complexes, des préjugés, des amnésies, des renoncements et finit par guérir Dokamisa qui peut enfin se projeter joyeusement dans le futur.

Hommage au grand Sotigui Kouyaté par son fils Dani, bien connu des Bernayens

 

Film de Olivier Delahaye et Dani Kouyaté       (France, Burkina 2012)     

 

Dimanche 16/11 à 14h30

Mardi 18/11 à 20h30

Présence du co-réalisateur Olivier Delahaye le dimanche

Plus d'infos ICI et bande annonce ICI

Des travailleuses du textile parlent de la représentation de leur travail pendant que 6 artistes et réalisateurs de 5 continents les regardent. Qui sont-elles ? Pourquoi font-elles ce métier ?

Ce qui importe d'abord c'est la manière dont chacune se voit, se pense. Les femmes parlent de leur désir, désir d'indépendance, pour le reste, elles décrivent leur vie au travail, les difficultés, la dureté, le besoin de travailler, les envies, les regrets….

Souvent elles se ressemblent, par leur gestes attachés aux machines, mais aussi par leur histoire, le besoin d'argent, certaines ont peur, d'autres se rebiffent, refusent.

 

Documentaire du Collectif International Images-en-Transit   (2013) 1h11

 

Samedi 15/11 à 17h30

Lundi 17/11 à 20h30

 

Plus d'infos ICI et bande annonce LA

Pour en savoir plus

DIMANCHE 16 NOVEMBRE 2014  

20H30

Touki Bouki ou Le journal de la Hyène (traduit du wolof)
Mory, jeune berger venu à Dakar vendre son troupeau aux abattoirs, rencontre Anta, une étudiante révolutionnaire. Tous deux cherchent à se procurer, par tous les moyens, de l'argent pour partir à Paris.
Après de nombreuses péripéties, ils se retrouvent sur le pont d'un bateau en partance pour la France. Mais au dernier oment, Mory se refuse à s'enfuir vers un nouveau mirage, incapable de s'arracher à sa terre.

Prix de la critique internationale au festival de Cannes 1973

 

Film de Djibril Diop Mambety (Sénégal 1973) 1h35

 

 

ET

 

Quarante ans plus tard, Mille Soleils enquête sur l'héritage personnel et universel que représente Touki Bouki. Que s'est-il passé depuis ?
Mory, le héros du film, n'a jamais quitté Dakar. Et aujourd'hui, le vieux cowboy se demande où est passée Anta, son amour de jeunesse.

« Mille soleils mérite son nom. Il resplendit dans la nuit de Dakar, darde une sensibilité à fleur de peau, réchauffe le coeur. Des cinéphiles, des amoureux de l'Afrique, de tous ceux enfin qui veulent bien se laisser gagner par ces 45 minutes de grâce. » (Le Monde)

« Histoires de famille, d'exil et de cinéma se croisent entre la sphère de l'intime et celle du mythe. » (Cinémas 93)

Film de Mati Diop (France, Sénégal 2013) 0h45

 

Vendredi 14/11 à 20h30
Dimanche 16/11 à 20h30

Ces deux films frères (ou cousins !) seront projetés l'un à la suite de l'autre, à chaque séance.

 

 Une jeune sénégalaise, Sophie, se rend à Turin pour y retrouver son mari, Abdoulaye. Mais quand elle débarque dans l'appartement censé être le sien, elle y trouve plusieurs femmes… Abdoulaye, lui, est parti à New York tenter sa chance. Il a une adresse : une boutique qui appartient à la tante de Sophie. Mais celle-ci est à Dakar pour assister à l'enterrement de son mari avec son fils adolescent, Thierno, qui va pour la première fois découvrir le pays de ses origines…

Imprégné d'une grande fraîcheur, voici le spectacle de Sénégalais contemporains qui se déplacent, qui se croisent, qui vivent bien ou qui tentent de survivre, à la recherche d'un point d'ancrage, d'anciennes ou de futures racines.

 

Film de Dyana Gaye (Sénégal, 2013)                    1h28

 

Samedi 15/11 à 20h30

Dimanche 16/11 à 17h30

Bande annonce ICI

1 film                            6 euros

Carte 2 films                11 euros

Carte 4 films                20 euros

Groupe scolaire           2,50 euros par élève

 

A noter qu'aucune carte n'est nominative

 

Le festival de Rouen "Regards sur le Cinéma du Monde"

Le Ciné Club "La boîte à films"