Back

Elections départementales de mars 2015, un nouveau modèle

Les 22 et 29 mars auront lieu les élections départementales de 2015, l'occasion de renouveler l'intégralité des conseils départementaux.

Ces élections marquent un changement dans l'organisation politique, les élections départementales et les conseils départementaux remplacent les élections cantonales et les conseils généraux en vertu de la loi du 17 mai 2013.  Le mode de scrutin est également modifié, passant à un renouvellement intégral des conseils au scrutin binominal majoritaire pour un mandat de six ans (au lieu d'un renouvellement par moitié au scrutin uninominal tous les trois ans).

Le scrutin binominal majoritaire est mis en place dans un souci de parité. En effet malgré les efforts faits ces dernières années dans le paysage politique, ce dernier reste largement dominé par les hommes. Avec ce scrutin, dans chaque circonscription électorale, chaque parti investit non pas un mais deux candidats, obligatoirement un homme et une femme. L'électeur vote donc pour une paire de candidats, selon les mêmes règles que pour le scrutin majoritaire uninominal à deux tours.

Pour permettre la mise en place de ce nouveau scrutin il a fallu un redécoupage des cantons qui a été effectué en le 13 et le 16 février 2014. Comme la logique le veut les cantons ont été agrandis, ou plutôt fusionnés (on passe de 3 818 cantons à 2 054) afin de respecter une logique démographique et non plus géographique. Le poids des territoires urbains devrait  être renforcé dans  la composition de la nouvelle  assemblée  départementale.

Le  scrutin se déroule  sur deux tours. Pourront se maintenir  au deuxième tour les  candidats ayant obtenus au moins 12,5% des inscrits sur la liste électorale et non pas des votants. En cas de forte abstention, beaucoup de candidats  risquent de ne pas pouvoir  être présents au second tour, même s'ils ont obtenu plus de 12,5% des votants (avec un taux d'abstention de 50%, 20% des voix fait 10%des inscrits soit moins des 12,5% nécessaires). D'où la nécessité de se mobiliser dès le premier tour.

Crédit photo: bigoudene46