Back

La carte de la réussite

En février dernier Claude Anttila, membre du conseil national finlandais de l'éducation, prononçait une conférence sur la réussite du système 

éducatif finlandais, résultat d'une réforme radicale. Parmi les points forts, elle a souligné l'innovation pédagogique et a particulièrement mis en valeur le recours par les enseignants à l'outil "carte mentale».

 

Un dispositif qui permet à l'enfant de s'approprier de manière personnelle les leçons des enseignants. Les cartes nous disait-elle, facilitent les apprentissages. Plus besoins d'apprendre la leçon. En créant leurs cartes, les enfants mémorisent  et  assimilent les savoirs.

 

Un mois plus tard, en mars 2014, le mensuel Philosophie magasine consacrait un dossier à un géographe-philosophe  suédois Gunnar Olsonn dont les travaux (connus dans le monde entier mais non traduits en français) soulignent l'importance des cartes pour la connaissance humaine. Les cartes sont des constructions intellectuelles qui nous donnent à voir le monde. La cartographie serait consubstantielle à la pensée humaine. Penser, c'est organiser le monde. 

Dresser des cartes, c'est poser des limites, dessiner des contours, des frontières. Les cartes nous aident à organiser les espaces comme à structurer notre pensée. La carte est un lien entre le passé et l'avenir. Créer une carte permet de faire le point sur l'état de nos savoirs et de les projeter dans le futur. Recourir aux cartes en  pédagogie ferait donc appel aux racines profondes de la pensée humaine.

 

Créer une carte suppose de réunir trois conditions: un point fixe (le nord en géographie), une échelle et un support (traditionnellement le papier pour les géographes).

En pédagogie, le point fixe c'est le titre de la leçon, la hiérarchie entre les sujets l'échelle, la feuille, le support.

La carte mentale n'est pas du seul domaine éducatif. Elle est aussi beaucoup utilisée pour le management du projet, le pilotage d'une organisation. Travailler un projet associatif, un projet pédagogique… à l'aide d'une carte, permet de structurer une vision d'ensemble, tout créant des catégories, des classements, des liens. La carte permet de penser la globalité tout en posant des hiérarchies, en respectant la spécificité des différents domaines que recouvre un projet.

 

Au moment où chacun s'accorde à faire du développement durable un impératif, où il faut tout à la fois pensée économie, social, environnement, culture éducation, le recours à ce style d'outils permet de penser le tout sans perdre de vue les parties. Dans la conduite de projet on peut ainsi penser globalement, le projet, son administration, les ressources humaines, matérielles, économiques, les relations, la communication l'évaluation…bref la complexité à portée de main.
Depuis plusieurs années maintenant, nous utilisons au sein de notre réseau « Associations et territoires » une application numérique qui décuple l'efficacité de ces cartes. A l'aide des technologies numériques, elles deviennent évolutives, reproductibles, intègrent couleurs, icones, liens ...elles sont un facteur d'accélération et d'enrichissement de nos propositions.

 

Nous venons de passer un accord avec l'un des principaux fournisseurs de ce type d'applications afin de permettre aux associations de jeunesse et d'éducation populaire d'accéder facilement à ce nouvel outil riche de promesses (cf. Accéder aux cartes de la Réussite).

 

Compte rendu de la conférence de Claude Anttila ici.

Article en version imprimable disponible ici.